Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le marché du Requin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le marché du Requin.   Dim 21 Sep - 13:14


"Le marché."



Moi, Great White Shark, futur maître de Gotham, futur puissance incarnée, et actuel milliardaire, on me faisait attendre. Attendre ! Et même pas dans un endroit décent, non bien sûr, dans une foutu salle d'attente. Miteuse et mal éclairée. Mon costume semblait vouloir se déchirait au contact de la misère qu'était les chaises. Mais bon, je n'allais pas non plus me plaindre, j'avais enfin réussi à obtenir un rendez-vous avec l'homme que je voulais absolument voir.
Voyez-vous, je m'étais fait une petite liste de choses à faire depuis mon retour à Gotham, et j'en avais réalisé quelques une, comme allé voir le Pingouin, mais la plus importante des choses marquée sur cette liste restait de trouver une source d'information. Tout Empire à ses informateurs, ses informations, ses espions. Un Empereur se doit de savoir tout ce qui est dit et fait dans son Empire n'est-ce pas ?
J'avais longuement réfléchis, qui était le personnage le plus influent de Gotham ? L'Homme avec le bras le plus long ? J'avais fait de nombreuses recherches, beaucoup était resté. Mais au final, seul Sidney Werner, m'importait. En plus d'être riche, de vendre des armes et des logiciels à toute sorte de personnes, mais surtout à l'armée, d'avoir de nombreux contact aux gouvernements, et dans le gratins de Gotham, il avait, je le savais de source sûr, des contacts, avec la ligue des ombres, l'entité de Gotham qui me donnera surement le plus de fil à retordre. Si l'on excepte le Pingouin peut-être.
J'étais venu, ici, dans cette entreprises miteuse, où l'ont m'avait fait attendre dans une salle d'attente miteuse, seul. Totalement seul, si j'étais là c'était pour me faire un allié, voir un ami. Je n'avais pas besoins de garde du corps pour me protéger, quelle image de moi cela aurait-il donné ? Je n'avais pas envie que ce répande la rumeur que j'étais un poltron ce réfugiant derrière ses gardes. Bien sûr, si monsieur Werner se trouvait être plus... Retord, méchant, que je ne l'avais escompté j'avais sur moi un petit bracelet qui d'une simple pression, enverrait un signal à Jordy. Qui préviendrait donc toute mon armée, et qui raserait cette usine sans la moindre hésitations, jusqu'à me retrouver. Je n'étais pas un poltron, mais encore moins un fou.

Je me levais de ma chaises et me mit à faire les cent pas dans la petites salles, que foutait-il donc ? Je croyais que Mr Werner était un homme de paroles et de temps. Notre rendez-vous était à 14h. Il est maintenant 14h30. Et je deteste attendre, et encore plus que l'on me fasse attendre. Me replongeant dans mes pensées, je me répétais intérieurement le petit discours que j'allais servir à Mr Werner. Mais malgré ça, malgré ce petit discours parfait, qui avait nécessité des heures de travail, je doutais de mes chances de réussite. Mr Werner restait quand même un justicier des grands jours, un homme réputé comme étant gentil, ayant des idées blanches comme neige, profitant aux autres, peut-être me voudrait-il mort ? Ou peut-être tenterais-t-il de me faire emprisonner ? Dans tout les cas j'étais dans le camp des méchants, lui était dans celui des gentil. Je doutais fortement de la réussite de cette entreprise, et pourtant. Et pourtant quelque chose me disait que si l'on avait les mêmes centres d’intérêts que se chère Sidney, un accord est fortement envisageable. Il bosse bien avec la Ligue merde.

Je rajustait mon costume, et je me tournais vers la porte du bureau du Patron. Bon. Marre d'attendre, j'ai d'autres choses à faire aujourd'hui. Je fis trois grandes enjambée, me dirigeant droit vers l'ouverture fermée, mais à peine avais-je tendu la mains vers la poignet de celle-ci qu'elle s'ouvrit toute seul. Ce jouait-on de moi ? Mais je repris vite contenance et servit mon plus beau sourire à celui qui se trouvait là. Assis derrière son bureau. Me regardant fixement.

Ca promettait d'être intéressant.
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le marché du Requin.   Dim 28 Sep - 16:09


Le marché du Requin
Moi, Sidney Werner, chef d’entreprise, génie renommé, héros a mi-temps et nouvelle fortune de Gotham, avait rendez-vous avec l’une des créatures les plus mauvaises de Gotham. Si vous craigniez l’assassin, craigniez d’autant plus les requins de la finance, des hommes comme Warren White. Warren White était l’auteur de la plus grande escroquerie en bourse de toute l’histoire américaine. Il avait fini à l’asile car sa plaidoirie reposait sur « un coup de folie », il en était ressorti changé selon les journaux, mais pas seulement mentalement et le rouquin allait le découvrir. L’homme venait de retourner dans son bureau par son ascenseur privé. Il sortait d’une réunion matinale qui pour une fois avait été loin d’être ennuyante. Il avait pour l’habitude de ne pas participer mais les affaires ne cessaient de grimper et cela commençait à faire des envieux. Il avait été constaté que certains pare-feux avaient été forcés. Heureusement, le service interne avait réussi à les contenir à envoyer les intrus vers un virus. Il était impossible de savoir quelles informations ils étaient parvenus à récupérer durant les quelques minutes où ils avaient réussi à infiltrer leur base informatique. Il s’agissait sans aucun doute d’individus avec énormément de moyens pour parvenir à ne serait-ce qu’un bref instant à rester à l’abri des regards du service de sécurité interne.

C’est l’une des raisons pour lequel il était en retard à son rendez-vous, mais cela ne le dérangeait guère. S’il avait accepté cette rencontre, c’était pour assouvir sa soif curiosité et elle n’était jamais assouvie. Pourquoi venait-il le voir ? Qu’avait-il à lui proposer ? Qu’avait-il à lui offrir ? Et surtout, qu’avait-il à lui prendre ? Il l’observait à travers son écran d’ordinateur. Les médias ne mentaient pas. Il était méconnaissable. Sidney se souvenait d’un playboy au sourire avenant, malgré son âme de requin. Désormais il n’était plus que l’ombre de lui-même. Il gardait cependant un gout prononcé pour les beaux costumes. L’homme semblait nerveux à faire ainsi les cent pas et le jeune PDG hésitait à le tester davantage. Il termina de noter ses idées de programmation pour régler les soucis d’intrus et finit par laisser la porte s’ouvrir. Il lui suffit d'une simple manipulation informatique. Il rangea le contrat dans une pochette et croisa doucement les mains, appuyant son menton dessus.

- Bonjour monsieur White, j’espère que vous ne m’en voudrez pas pour ce léger retard. Une réunion de dernière minute, se justifia-t-il avec un grand sourire. Il se redressa et lui montra le fauteuil en face de son bureau. Un café ?

La pièce ne ressemblait en rien à un bureau de chef d’entreprise. Sidney y passait de nombreuses heures et avait vite fait d’aménager un fauteuil pour certaines nuits et une cafetière pour certains matins. Il y avait également une immense porte-fenêtre qui amenait sur un balcon avec vue sur la baie de Gotham. Il était très clair que Werner voyait cet endroit comme une seconde maison. Notre protagoniste se leva donc, préparant le café pour lui-même et peut-être pour son invité indésirable, si ce dernier en désirait un verre.

- Alors, que puis-je faire pour le « Grand Requin Blanc » ? Je suppose que ce n’est pas une visite de courtoisie, sinon je vous aurais proposé un bon restaurant en centre-ville.

Il n’était pas non plus stupide, il savait qu’il fallait se méfier des gens comme lui. Il n’y avait aucune caméra dans son bureau –il débarquait parfois en tenue de super-héros après tout- mais cela ne l’empêchait pas d’avoir une arme à feu à sa ceinture, une lame dans sa chaussure et un micro à l’intérieur du nœud de sa cravate ainsi qu’une montre pour prévenir ses gardes du corps du moindre ennui. Il n’était pas le créateur d’une entreprise de sécurité et de surveillance pour rien. Il s’assit de nouveau, buvant doucement sa boisson. Il semblait tout à fait tranquille malgré son oreille attentive.

Univers-Batman

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le marché du Requin.   Mer 1 Oct - 20:16


"Le Lounge est ouvert"




Je rajustais nerveusement mon costume, me dirigeant vers le fauteuil que le rouquin m'indiquait. Ne nous méprenons pas, j'étais nerveux oui, mais pas du tout pour moi ni même pour cette entrevue, non j'étais nerveux, pour lui. J'avais peur pour lui, peur que je n'arrive pas à me contrôler, que je le détruise, lui, son petit minois si bien mis, son bureau si bien foutu, et tout sa foutu entreprises. Voyez-vous, Sidney Werner est typiquement le genre d'Homme que je hais de toute mon âme, quand je le regardais je me voyais moi, à l'envers. Si l'on exceptait le fait que lui aussi était un homme d'affaire plutôt doué pour la finance, c'était mon exact opposé. Un homme bon, généreux, altruiste bref, tout ses adjectifs mélioratif chiant à en mourir qui me donnaient tous envie de gerber. Je connaissais Sidney depuis bien avant ma petite... transformation à Arkham. Je l'avais affronté dans de nombreuses affaires financières, il était aussi connu que moi, il était connu comme étant aussi gentil que j'étais méchant. Si j'étais les ténèbres, il était la lumière. Si j'étais le Requin impitoyable, il était l'Aigle de la justice. Ca m'étonnais d'ailleurs qu'à l'heure qu'il est, il ne soit pas devenue Justicier, puisque ça avait l'air d'être la mode en ce moment. Mais si j'étais là aujourd'hui, c'est parce que j'avais en mémoire une autre affaires sur laquelle on avait été mis tout les deux en relations. Mais pas en tant qu'ennemies, en tant qu'alliés, on avait été forcé à bosser ensemble. Et en toute humilité, on avait explosé tout les records. Que ce soit de vitesse ou d'efficacité. On avait été le meilleur duo jamais vue dans le milieu de la finance. Mais on en avait plus jamais reparlé. Il était repartie dans son coins, monter sa propre boite, et moi... Et bien moi j'avais monté la plus grosse arnaque financière de l'histoire. Un coup de maître sois dit en passant.  

J'étais maintenant assis en face de lui, le regardant droit dans les yeux, une moue moqueuse sur le visage.

- Bonjour monsieur White, j’espère que vous ne m’en voudrez pas pour ce léger retard. Une réunion de dernière minute,  Un café ?

Un café ? Pourquoi voudrais-je un foutu café ? Ce con n'avait pas changé. Mais bref.

-Oui avec plaisir mon chère.

Il se dirigea vers la partie de son bureau qui me faisait croire qu'il habitait littéralement dans son bureau. Dans cette partie de la pièce on pouvait trouver une machine à café, un fauteuil rembourré bref tout le confort minimum requis pour dormir et se réveiller. Alors qu'il préparait le café il se remit à parler.

- Alors, que puis-je faire pour le « Grand Requin Blanc » ? Je suppose que ce n’est pas une visite de courtoisie, sinon je vous aurais proposé un bon restaurant en centre-ville.  

Le vif du sujet tout de suite alors ? Pas ou presque de formules de courtoisie ? C'était-il endurcie ? Quoi qu'il en soit ça me plaisait.

-Mon chère Sidney, je penses qu'on peut se tutoyer maintenant. Depuis le temps qu'on se connait. Mais tu as entièrement raisons, si je suis ici, ce n'est pas pour une visite de courtoisie, loin de là. Non si je suis ici, c'est pour te faire une offre, et là je me tournais vers lui fixant mon regard d'un bleu glacial dans le siens, je viens de revenir à Gotham. Et j'ai besoins de tes contacts, de tes informations, et de tout ce que tu pourras me fournir sur la Ligue des ombres. Ne me regarde pas avec cet air si surpris mon chère, je sais beaucoup de choses. Énormément de choses. Et le fait que tu bosses avec la Ligue en fait partit. Mais vois-tu, je ne cherches pas à créer un Empire Mafieux, je ne cherches pas à redevenir le requin de la finance que j'étais. Je cherches à changer. Je cherche à monter ma propre boite. Une boite normal, sans secret, une simple entreprises d'aide à la vente, une petite entreprises aidant les nouvelles personnes à sortir la tête de l'eau dans le grand océan qu'est la fiance. Je veux aider. Mettre mes immenses connaissances de la fiance à la portée de tous. Je serais une sorte de sponsors. Mais j'ai besoins de toi, pour m'implanter, pour éliminer la concurrence -en toute légalité-, pour savoir qui contacter en premier. Je hais faire ça, mais je te demande ton aide, je lui fit mon plus chaleureux sourire, je n'ai plus l'esprit, je n'ai maintenant que le corps du requin.

Bien sûr c'était un gigantesque mensonges, mais je ne pouvais étaler mes véritables plans. Je me ferais embarquer par ses hommes dans l'instant. J'avais un besoins vital de ses informations. Mais il n'étais pas obligé de tout savoir non plus.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le marché du Requin.   Jeu 16 Oct - 13:27


Le marché du Requin
Il avait bien changé depuis la dernière fois qu’il l’avait vu. Hormis son physique proche de sa véritable nature, il semblait plus sombre, plus préoccupé. Il se souvenait du play boy qu’il avait été et de son génie pour les affaires. Il trouvait ça tellement désolant qu’il se soit tourné vers les arnaques financières plutôt que les banques ou autre chose de ce genre-là. Il avait fait du très bon boulot tous les deux il y a quelques années, alors Sidney était le mieux placer pour le savoir. Il avait un véritable talent. Cependant, il fallait bien admettre que Gotham n’aidait pas vraiment à choisir la bonne voie. Encore moins Arkham.

Il déposa la tasse de café devant Warren White, l’écoutant avec attention malgré un flegme qu’il tentait de mettre en évidence. Il lui parla alors de son projet. Pas de fausses politesses entre eux, Sidney savait qu’il ne venait pas par courtoisie et le requin devait sans doute avoir autre chose à penser que de trainer cette discussion en longueur. Le rouquin était prêt à lui donner une réponse franche, comme il était de son habitude de faire. Cependant, il sentait que les paroles de son invité sonnaient faux. Contrairement à lui, il n’était pas honnête. D’ailleurs, il avait manqué de cracher son café lorsqu’il lui parla de la ligue des Ombres. Il reposa doucement son verre, tentant de garder son calme. Comment avait-il su, c’était bien là un mystère. Le conflit entre Talia et Ra’s avait fait grand bruit à Gotham et causé beaucoup de victime et cela l’avait peiné d’apprendre que ses armes avaient servis dans ce but. Il croyait en l’avenir que lui promettait Talia, mais il avait eu du mal à digérer le fait que des civils avaient dû en payer le prix. Il avait effacé toutes traces de la marque Werner sur les armes et les munitions. Qui était l’espion ? Pourtant il se contenta de sourire, malgré le léger malaise. Il afficha alors un rire mauvais, qui transpirait l’ironie.

- Tu veux me faire croire que la ligue des Ombres pourrait t’aider dans ton projet de boite « normal »  -et je ne dis pas que j’ai un quelconque lien avec eux- ? Tu veux être quoi exactement Warren, le sponsor d’une organisation illégale au profit de la population de Gotham ? Je ne vois pas bien le lien entre les deux. D’ailleurs, il n’y en a aucun. Tu n’as pas que l’apparence d’un poisson, tu dois en avoir les neurones pour me faire une demande pareille. Toi qui n’a jamais eu besoin d’aide pour éliminer la concurrence... A moins que tu ne prépares un plus gros coup ? Il prit un instant puis se sentit obliger de rajouter dans un ton qui ne laissait pas de place à la tendresse : d’ailleurs, excuse-moi de n’être pas passé te voir à Arkham. Tu sais ce que c’est, « l’image ».

Il recula légèrement, plaçant ses mains sur sa nuque dans un air vainqueur.

- Tu ne me dis pas tout mon cher. Tu as du mal à te débarrasser de ta manie de collectionner les secrets hein ? Allez, explique toi pour de bon, que tu ne sois pas venu là pour rien et que l’on n’est pas perdu du temps tous les deux.

Et voila, Sidney était curieux. Il aurait pu le virer aussi sec à cause de son mensonge -car il mentait, c'était évidant, il ne le connaissait que trop bien- mais il voulait en savoir plus. Il savait pour la ligue des Ombres, savait-il autre chose qu'il ne voulait pas avouer ? Et en quoi cette organisation criminelle mais ô combien utile pouvait lui apporter quoi que se soit ? Une organisation réglo, normal, lambda, comment croire un requin ? Aucune chance et s'il voulait avoir la moindre chance d'avoir son appuie, Warren allait devoir se la jouer honnête.

Univers-Batman

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le marché du Requin.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le marché du Requin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: