Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Michaëla O. Vane [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Michaëla O. Vane [Terminée]   Mer 27 Aoû - 13:26



DOSSIER N° : 146682 Michaëla O. Vane 996655


Nom : Vane
Prénom : Michaëla, Océane.
Sexe : Féminin 
Nationalité : Française-Américaine
Base d'opération: Gotham City

Date de naissance: 11/11/1970
Lieu de naissance: Paris
Rhésus: O-

Orientation sexuelle : Bisexuelle
Situation familiale: Célibataire
Autre information: Citoyen, Infirmière à Arkham


Génétique du patient
Taille : 1m60
Poids : 50 kg
Description physique du sujet : La jeune infirmière a le physique parfait pour son travail, inspirant une certaine douceur tout en ayant la fine musculation –elle court assez régulièrement lorsqu’elle le peut dans la semaine- qui la rend suffisamment tonique pour endurer plusieurs heures debout sans trop se fatiguer. Assez petite et trop plantureuse pour rentrer dans les nouveaux critères de beauté qui privilégient l’extrême minceur, elle reste un charmant petit bout de femme qui attire les regards masculins ou féminins. Un ventre plat et des jambes fermes, ainsi qu’une poitrine haute : rien de mieux pour faire tourner les têtes et gagner les cœurs.
 
Son visage est également un outil de travail car ses yeux d’un vert d’eau particulièrement saisissant sont les premiers moyens de communication de la jeune femme, qui arrive à calmer certains patients en n’usant que de quelques paroles prononcées en contact visuel direct. Un nez fin et droit, des lèvres pleines sur des dents blanches et régulières, on note pour tout réel défaut son menton fendu qu’elle apprécie tout de même pour son côté décalé.
 
En ce qui concerne ses cheveux bruns et ondulés, la jeune femme les porte la plupart du temps détachés même si lorsqu’elle travaille le chignon ou la queue de cheval sont de rigueur. Ils lui arrivent au milieu du dos et elle les entretient de temps en temps en passant chez le coiffeur même si ça n’est pas sa priorité car elle n’est absolument pas coquette. Regardez dans son armoire et vous ne verrez rien d’autres que des jeans et quelques hauts relativement simples, associés de quelques robes pour les soirées où elle ne peut pas faire autrement. Pareil pour les chaussures qui sont d’une simplicité qui ferait dresser ses cheveux sur sa tête à une fashion victim : deux pères de basket, des sandales et une paire d’escarpins. Rien de bien fameux.
De la même manière elle ne se maquille pas ou très peu puisqu’en général elle manque de temps pour le faire –faisant la fête tard ou travaillant à des horaires inhumains, elle privilégie le sommeil à toute activité superflue ce qui explique peut-être qu’elle soit toujours célibataire.
 
On peut également noter que la présence de cernes bleues sous ses yeux de temps à autres est également due à une incapacité chronique à se mettre à jours dans ses horaires et à dormir le quota d’heures minimal. De même que, si la jeune femme arrive toujours à l’heure à son travail avec une hygiène irréprochable, il lui arrive assez souvent d’arriver avec des fringues froissées avant de se changer dans le local des infirmières.
 Évolution notable du sujet : Risque de devenir cinglée ou de convertir le monde à sa façon de voir. Choisissez !  



Profil psychologique

 
La jeune femme est une super-héroïne des temps modernes : sans aucun pouvoir, et ne sachant absolument pas se défendre physiquement, elle se bat au quotidien contre la violence de certains patients, n’hésitant à aucun moment à se mettre en danger pour essayer de leur faire retrouver la raison parce qu’elle croit que tout le monde a un bon fond. Que tout le monde peut être sauvé même s’ils s’imaginent ne pas le vouloir. Et qu’avec un peu d’écoute et de patience tous les miracles sont imaginables et qu’elle est la personne parfaite pour cela.
 
On pourrait croire que cette jeune femme un peu rêveuse a un problème d’ego, mais employée à l’Asile d’Arkham selon ses vœux elle côtoie en permanence les premiers niveaux de la folie, en ayant déjà aidé certains à se sentir mieux. Elle est gentille, douce avec ceux qu’elle soigne, ou alors dure lorsque c’est nécessaire sachant se mettre à la place de ce que désire le malade. L’infirmière fait parfaitement son rôle en appliquant des soins sans brusquer ces personnes fragiles et en leur témoignant autant d’attention qu’à des gens en pleine possession de leurs moyens. On lui fait confiance –ses supérieurs autant que ses patients- et elle aime ce sentiment qui la pousse à se dépasser.
 
En revanche si elle est admirable dans son travail grâce à ces qualités, c’est plus difficile pour elle dans la vie réelle. Elle n’est pas idiote mais n’accorde pas énormément d’importance aux situations dangereuses dans lesquelles elle peut se mettre, s’imaginant que tout le monde peut devenir gentil. Elle accorde également aveuglément sa confiance aux autres et aime tout le monde parce qu’elle s’imagine que dans la vie tout n’est qu’une question d’échanges. Elle fait confiance, on lui fait confiance, dans son esprit il en va ainsi et pas autrement. On ne peut pas la traiter de mouton parce qu’elle ne suit pas aveuglément des ordres –elle a la capacité intellectuelle de remettre en cause un jugement et elle apprend vite- mais elle peut agir de manière irréfléchie si ça lui apparaît comme étant la seule et unique solution pour aider la personne.
 
Après, gentille ne veut pas nécessairement dire qu’elle est molle et sans avis. Il lui arrive de s’énerver mais elle n’en veut jamais indéfiniment à la personne. Et si elle ne désire aucunement blesser les gens, Michaëla considère qu’énoncer des vérités qui peuvent aider à faire avancer n’est pas faire mal inutilement, aussi elle ne se prive pas. Elle a du caractère mais elle s’imagine pouvoir tout réparer par des mots, et c’est là la raison qui la pousse à se taire des fois si ça peut blesser les autres –elle a en revanche du mal à le faire quand cela la concerne.
 
On peut donc la qualifier de grande naïve ou de personne décalée, dans un univers impitoyable où les gens sont d’un égoïsme entièrement assumé, mais une naïve qui fait suffisamment bien son travail pour travailler dans l’un des pires Hôpitaux Psychiatriques du monde. Son travail est sa passion et sa raison de vivre, et elle le défend bec et ongles face à ceux qui pourraient s’imaginer qu’elle traite juste avec des « fous ». Elle est également intelligente et continue à suivre des cours par correspondance pour valider une licence d’anglais qu’elle parle couramment alors que son pays d’origine est la France où elle a vécu pendant plus de la moitié de sa vie avec sa mère.
Courageuse et accro à la compétition, elle est également tenace dans ses décisions –certains diraient butés- et ne lâche pas difficilement les choses qui lui tiennent à cœur quitte à s’en mordre les doigts sous le coup de la désillusion après.



Antécédents et suivi du patient
Michaëla est née en France dans un hôpital de Paris, ne quittant plus cette ville jusqu’à ses quatorze ans lorsque son père lui annonça son divorce avec sa mère. Les enfants en général pleurent pour ce genre d’affaires, mais la jeune fille ne versa pas une larme, ayant observé le comportement des deux personnes qui se disaient ses parents et ne représentaient plus rien l’un pour l’autre depuis des années, elle savait depuis longtemps que cela finirait ainsi.
 
Pourtant une fois installée aux USA avec son père alors que sa mère était restée en France elle commença à avoir les premiers regrets et quelques remords face à son égoïsme. Le choix avait été simple puisqu’elle comptait visiter quelques pays un jour ou l’autre, mais quitter sa mère se révéla plus difficile que prévu et souleva chez l’adolescente quelques questions existentielles sur ce qu’elle voulait vraiment faire de sa vie.
 
Pourtant si le désir des autres et sa personnalité dédiée à l’amélioration de leurs vies vint de ce désir profond d’éponger la culpabilité qui la tenait aux trippes, il va sans dire que cette envie de venir en aide s’est révélé plus légitime avec le temps. A vrai dire la première fois qu’elle se montra altruiste fut la plus dure mais également la plus courageuse.
Une fusillade entre deux gangs des mafias locales avait provoqué de nombreux blessés, et le sang encore en stock à Arkham ne suffisait plus à redonner un peu de vie aux blessés qui mourraient à petit feu en attendant l’arrivée des nouveaux chargements. Elle n’avait que dix-huit ans et se trouvait en visite à l’hôpital pour voir une amie qui s’était cassée une jambe, pourtant elle fut la première à tendre le bras pour donner un peu de son sang à ces gens indignes qui ne le « méritaient pas » d’après les spectateurs présents. O-. Le sang du donneur universel, comme un signe pour la jeune fille qui décida ce jour-ci de devenir infirmière et d’aider les « personnes perdues », manière pour elle de qualifier ces gens armés de fusils s’étant massacrés en pleine rue.
 
Après elle survola les étapes, validant sa formation en trois ans et s’inscrivant à Arkham chaque année depuis pour espérer participer au rétablissement de ces fous encore capables de s’en sortir. La troisième année à postuler fut la bonne puisque le directeur lui ouvrit les portes pour les plus petits troubles, la remplissant d’une joie immense alors qu’elle touchait enfin le but de sa vie. Abandonnant sa place dans un Hôpital plus commun elle s’acheta un appart à proximité, signant un prêt sur dix ans, puis elle se rendit pour son premier jour à son travail qu’elle effectua parfaitement. Elle ne faisait pas de miracles mais était suffisamment appréciée pour que les patients prennent au moins le temps de l’écouter, se noyant dans sa voix douce et ses paroles réconfortantes alors qu’elle leur faisait les soins nécessaires à leur rétablissement.
 
Elle y passa deux ans avec un salaire correct, se noyant dans le boulot pour satisfaire ses patients et enfin donner un sens réel à sa vie. Se forgeant au fil du temps et apprenant à limiter les coups durs de la montée en grade de folie de certains patients.  
Innocente jusqu’au bout des ongles et peu regardante sur le passé de ses patients, elle ne se révéla à aucun moment critique face à leur agissement, décidant à chaque fois de sympathiser pour les faire se sentir moins seuls ce qui pour certain était vraiment le nœud du problème –bien que pas mal soit plusieurs dans leur tête.
 
 
 
Tout ça pour arriver à ce jour-ci où elle se rendit à son travail en dehors de ses horaires, alors qu’on lui avait demandé de vider son casier la veille. Une boule d’angoisse dans la gorge et son carton sous le bras elle se rendit dans le bureau du directeur, décidée à faire valoir ses droits face à ce comportements totalement irréfléchi et sadique puisque depuis deux ans elle faisait ce qu’on lui demandait et même plus.
Traversant les couloirs grâce au badge qu’on lui avait laissé elle gravit un escalier pour se diriger vers le bureau de son supérieur qui lui indiqua d’entrer lorsqu’elle toqua à la porte avec plus de force que nécessaire.
 
Ensuite elle laissa tomber son carton sur le sol, s’asseyant sans un mot à côté de la chaise qu’il lui désigna en face de son bureau.
Elle était gentille, certes, et consciente de l’être, mais pas dénuée de caractère pour autant si bien qu’elle resta à le fusiller des yeux ne lâchant pas une larme pour ce qui ressemblait à ses yeux à la pire désillusion de sa vie.
Pourtant au lieu de lui rendre ce regard il poussa vers elle des documents dans une pochette qu’elle fut bien obligée d’ouvrir.
 
 « Vous me signez ça et on en parle plus. »
 
La jeune femme bouillonna légèrement  sans pour autant ouvrir la bouche car lui cracher au visage ce qu’elle pensait de sa manière de la congédier n’améliorerait pas son CV.
Au contraire elle parcourut des yeux –qui s’arrondirent au fur et à mesure de sa lecture- les quelques lignes écrites à la machine. Puis attrapant le crayon elle signa machinalement en bas, ne lâchant pas le dossier des yeux.
 
Ce fut lui qui rompit le silence d’une voix monocorde, exprimant une situation qui la faisait autant trembler d’excitation que de peur à l’idée de ce qui l’attendait.
 
 « Vous étiez la plus qualifiée pour cela donc Bienvenue au Service Psychiatrique Intensif d’Arkham, vous allez pouvoir frayer avec les pires tarés de la création, félicitations et bonne chance. Maintenant sortez je dois signer les papiers de la collègue que vous remplacez, elle doit être acceptée dans l’établissement aujourd’hui même.  »



Behind the screen
Information(s) importante(s) : Je risque d’être absente pendant une semaine à compter de demain, tant que je n’aurai pas ma box à mon appart, en fait.
Un surnom ? Choisissez ;)
Nom de l’avatar : Jenna Dewan
Lien éventuel avec un joueur déjà présent : Non.
Disponibilité pour poster ? Aucune idée pour le moment ça dépendra de mes études.
Comment as-tu connu le forum ? Partenariat, j’ai regardé et j’ai adoré !
Code du Règlement :


Dernière édition par Michaëla O. Vane le Mer 27 Aoû - 17:37, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Michaëla O. Vane [Terminée]   Mer 27 Aoû - 13:51

Bienvenue à toi Michaëla, si tu as des questions n'hésite pas à les poser au staff ou à la modération.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Michaëla O. Vane [Terminée]   Mer 27 Aoû - 16:20

Bienvenue à toi Michaela
Permet moi de t'annoncer que tu as mon +1 pour cette intéressante présentation.
Crane, Strange, Devesh et Quinn vont être contents d'avoir un nouveau collègue médical.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Michaëla O. Vane [Terminée]   Mer 27 Aoû - 18:53

+1 chère consoeur, je serai pour toi le plus adorable des directeurs. *tousse*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Michaëla O. Vane [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Michaëla O. Vane [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciennes Présentations-
Sauter vers: