Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Only You

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Only You   Mer 4 Déc - 23:09




Only Youuuuuu
Harleen Quinzel


[PV : Chronologiquement, ce PV se passe après ma première confrontation avec Batman, cela permet à Harley de se sortir de la timidité. Je reste évasif sur la soirée avec Batman vu que je suis actuellement en train de faire ce RP avec lui.]


Comment pouvons-nous comprendre les femmes ? C'est tout bonnement impossible répondra un homme sain de corps et d'esprit.
Quand on est fou, on a d'autres idées en tête. Une femme à quoi ça sert ? Bonne question !

La prison de Blackgate était le seul lieu suffisamment fortifié et sécurisé pour empêcher les pires criminels de sortir dans les rues de Gotham. Provisoirement, mettons nous d'accord. Le Joker avait été certes, appréhendé par le Justicier de Gotham. Pas mal d'ecchymoses sur les bras, des bras et quelques entailles, les médecins s'activaient autour du patient, quant au GCPD, on s'activait a chercher dans les fichiers la moindre information sur ce "Joker". Bien entendu, le directeur de Blackgate n'était pas à l'aise d'incarcérer un criminel qui n'avait encore aucun jugement dans son dossier, et le moindre avocat pourrait réclamer une sortie, et bien sur, tout cela deviendrait un marasme judiciaire et pénible pour l'établissement pénitentiaire.

On m'avait tout simplement planté dans l'infirmerie.
J'étais seul, perdu dans mes pensées, j'errais comme un fou entre deux mondes, l'un où la réalité absurde n'avait aucun sens, ni aucune mesure, de l'autre, je parcourais des terres, libéré de tout sentiment et de remords. Oh que oui, j'ai tué quelques personnes pour le moment, et ça ne me faisait ni chaud ni froid, je ne ressentais rien. Rien de rien messieurs dames les psychologues et psychiatres tordus. Je me demandais moi-même si je n'étais pas le seul être totalement sain dans cette espèce de réalité où tout le monde court après tout le monde, se liant avec la folie pour y parvenir. C'était marrant quand même ! Et puis ... Il y'avait eu la rencontre avec le Batman ...
Il était LA rencontre qui valait le coup ce soir-là, la soirée avait été chaude, torride, excitante et il y'a eu d'excellents moments avec cette chauve-souris géante. Il avait été si ... Compréhensif haha. Non, il venait de faire régner sa loi à Gotham City, et c'était ça qui était stimulant, intéressant, je devenais un défi à ses yeux, un obstacle entre lui et une Gotham en paix. C'était délicieusement intriguant.

Mais j'avais perdu.

Me voila là, cloué sur mon lit en fer, attendant patiemment que le docteur ou les profs de psycho viennent m'étudier comme un petit chien en cage. Mais les cages, c'est fait pour être fracturées, cassées, détruites, et je comptais bien trouver un moyen parmi tant d'autres de sortir de ce trou pourri. J'entendais dans le couloir d'à côté le bruit que quelqu'un venait. Des talons de femme ? Quel homme sensé pourrait mettre des talons dans une prison ? J'espère que je ne suis pas tombé sur la folle de la prison. Diantre ...


Codage : MlleAlys.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Only You   Mer 11 Déc - 21:56


  Only YouJoker
L'excitation était à son comble ! Un stage à la prison de Blackgate. Voilà une opportunité dont peu de gens rêvent ! A vrai dire, il fallait même être fou pour songer vouloir y travailler. Ceux qui le faisaient étaient sans doute courageux mais dans les ambitions de notre Harleen, le courage était le dernier de ses soucis. L'impatience lui faisait facilement tourner la tête bien qu'elle s'évertuait à garder son calme. Mais Harleen était une éternelle enfant au fond d'elle et chez elle, l'aventure était un goût inné. Elle n'avait eu que des retours positifs de son entretien à Arkham. Mais par mesure de test, un stage à la prison de Blackgate était nécéssaire. Et pour cause, l'on pouvait facilement tester le sang froid de n'importe qui dans cette antre obscure et très souvent critiquée pour des raisons éthiques. Pour Harleen, c'était l'occasion d'entrer en profondeur dans les méandres psychologiques de patients plus dangereux les uns que les autres. Parfois, elle se faisait peur. Être à ce point fascinée par ce genre d'état d'esprit ne serait-t-il pas un problème ? Serait-t-elle folle ? Rien que cette pensée suffisait à faire frissonner Miss Quinzel  Non, son but était de soigner tout en faisant montre de son expertise dans l'art de la psychologie. Ne pas savoir entrer dans la tête de quelqu'un d'autre était la chose la plus frustrante que pouvait imaginer la jeune femme.

Elle venait à peine d'arriver qu'elle fit déjà la visite des lieux avec un oeil qui passait au peigne fin chaque détail pouvant influer sur le comportement des prisonniers. Elle eût droit à un rendez-vous avec le directeur du pénitencier au cours duquel elle fût informée du fonctionnement de la structure. Attentive et respirant l’expertise, son charme ne cessait de plaire. Les différentes infirmières et grands docteurs de la prison de Blackgate avaient eu vent des prouesses et du talent d'Harleen si bien qu'à l'arrivée d'un criminel s'étant confronté à Batman, l'attention était portée sur elle. Et le désir de tester son talent aussi. Harleen, légèrement modeste avait préféré commencer avec un patient plus "facile". Elle se disait que si le mystérieux criminel avait osé essayé de tenir tête à Batman c'est qu'il devait avoir une sacrée chauve-souris au plafond. En y pensant, Harleen rêvait de pouvoir rencontrer Batman, son comportement était des plus fascinants ! Pour en revenir à son adversaire, mieux valait s'en occuper plus tard pour terminer en panache ! Ne dit-on pas souvent qu'il faut garder le meilleur pour la fin ?

Elle se dirigea alors vers la porte du patient qu'elle devait examiner. Un délinquant répondant au nom de Hans Delafrenelle. Bloc-note et stylo en main, elle était vêtue d'un chemiser blanc et d'une jupe crayon à carreaux noire. Chaussée en talons et ses cheveux blonds attachés en chignon, elle remonta légèrement ses lunettes sur son nez. Elle toqua à la porte puis entra avec un léger sourire cordial. Se tenant droite et communicative elle alla vers l'homme qui se trouvait dans la pièce et le regarda avec conviction :

-Monsieur Delafrenelle ?


Dernière édition par Harley Quinn le Sam 14 Déc - 14:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Only You   Jeu 12 Déc - 11:31




Only Youuuuuu
Harleen Quinzel


Le bruit des talons aiguilles tapaient de plus en plus fort sur le sol, puis la porte s'ouvrit, massive et bruyante. Mes yeux ne se détournaient nullement de l'arrivante qui allait m’ausculter. Oh bien sur, je me doutais bien des nombreuses petites blagues de psychiatre que l'on allait me sortir mais alors là, je ne m'attendais pas à une jeunette aussi maladroite. Je ne pouvais que rire devant cette maladresse évidente, bien sur qu'elle était jeune, et que dans une autre vie cela aurait put m'arriver, mais là, nous en étions à un autre type de jeu, et cette gamine, si bien tournée qu'elle sera, pourrait s'avérée être ma carte monopoly "Sortez de prison mais ne gagnez pas vingt mille dollars".

- "Hans ? Est-ce que j'ai une tête de bouffeur de saucisses et de buveur de bière ? Hahaha."


J'éclatais d'un petit rire suite à cette remarque. Nul doute que la jeune femme devait se faire les dents sur un patient plus qu'ennuyeux qu'autre chose. Je l'observe, blouse blanche, nappé de rouge pour les vêtements civils, collants noirs et talons aiguilles rouge. Pas trop mal la grimbelle. En plus, elle était blonde, ça raccourcirait le temps de compréhension hein ? Haha. Dans ma tête se mélangeait bon nombre de réflexions, est-ce que je pourrais suggérer à une personne de me libérer, consciemment ou non ? Vaste question, étendons-nous donc sur ce sujet.

- "On s'est trompée doc ? Au lieu de Hans, je vous propose Joker, je serais certainement plus intéressant qu'un vulgaire cas non ?"


C'est vrai ça, pourquoi lui collait-on un cas si inintéressant ? Je pouvais être mieux, plus complexe, plus attirant, et plus bestial, mais ça c'était uniquement en cas du scénario où le pauvre gars est en prison et qu'une policière se ramène afin de tâter du barreau. Scénario improbable hein ? Je ricane d'avance, à vrai dire, elle avait surtout l'air d'une jeune nymphe qu'on avait mit là, comme ça, ici, toute seule face aux gros méchants de la prison. Elle semblait si simple, si perdue ... J'étire mon sourire avant de lui parler une nouvelle fois.

- "Je ne m'attendais pas a tomber sur une créature de rêve, soit dit en passant."


Et c'est ainsi que débutait dans ma tête, la longue série d'amour et de haine vis à vis d'une jeune femme qui avait encore quelques minutes d'avenir brillant dans une société où elle serait constamment "victime de". Elle ne se doutait pas à l'instant où le petit chaperon rouge blond se confierait, parlerait au grand méchant loup Joker, son esprit partirait pour de bon. Pouvons vraiment nous dire que c'est une mauvaise chose ? Après tout, elle finirait libérée de toutes contraintes.
Revenons à l'instant présent, coincé dans mon siège, je désigne de la tête une chaise juste à côté, histoire que nous parlions un peu, même si on ne fait pas d'entretien, au moins, j'aurais une jolie compagnie.

- "Asseyez-vous donc, Doc, j'ai besoin d'un peu de compagnie. Voyez ce que m'ont fait les gardes de BlackGate."


Dis-je en montrant mes quelques bleus, pansements et ecchymoses sur le visage. Bien sur, c'était l’œuvre de Batman, et de la prise en main par le GCPD, mais les Hommes aiment ce sentiment d'être consolés.

Codage : MlleAlys.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Only You   Ven 27 Déc - 14:16


  Only YouJoker
La première réponse eût le don de faire rouler des yeux Miss Quinzel. Qu'avaient-t-ils tous ces rebuts de la société à essayer de se donner du prestige dans un humour qui ne fait rire personne ? Harleen resta impassible se contentant de se racler doucement la gorge avec un très léger sourire hypocrite avant de se rendre compte qu'elle avait fait erreur. Ce n'était pas le patient qu'elle devait analyser et elle soupira d'avance. Cela n'allait pas être du goût de ses chefs ! Pourtant, quelque chose d'intrigant se dégageait de l'aura de l'homme qu'elle avait en face d'elle. Peu d'hommes ont ce type de charisme et la question de savoir comment ce charisme prends la place dans une logique machiavélique ? Tout ceci était absolument captivant et lui-même ne semblait pas du tout atteint par le fait d'être enfermé. Bien au contraire, il prenait les choses avec une légèreté déconcertante comme s'il jouait à un jeu enfantin. Mais à quel jeu jouait-t-il ?

- "On s'est trompée doc ? Au lieu de Hans, je vous propose Joker, je serais certainement plus intéressant qu'un vulgaire cas non ?"

Tout s'expliquait à présent...
Harleen sentit son impassibilité s'envoler et regarda la porte de sortie comme si un instinct de survie lui dictait de partir. Le Joker. Qui sait ce qu'il est capable de faire ? Son coeur accéléra sa cadence tandis qu'elle respirait à fond pour se calmer et se dire que tout ira bien. Elle reprit ses esprits pour analyser le comportement de Joker et savoir s'il pouvait avoir un geste dangereux. Connaissant diverses affaires le concernant et la façon dont les médias le décrivent, on était loin de la réalité. Il semblait presque ravi d'être ausculté, de mettre au défi quelqu'un qui se croit capable de Jokerologie ! Harleen fût très intriguée par cette invitation au jeu et ne pût résister aux sirènes de l'aventure. Poussant le charme jusqu'au bout, le Joker la complimenta même sur sa délicieuse morphologie. Harleen ne pût s'empêcher de répondre :


-Vous êtes bien aimable Monsieur Joker mais l'heure n'est pas à la flatterie, nous avons du travail n'est-ce pas ? sourit-t-elle.

Elle sût donc qu'elle pouvait jouer de son charme pour apprivoiser le patient, cela était une bonne nouvelle car Harleen maitrisait parfaitement les rouages de sa séduction naturelle. Elle prit place à côté de son patient et observa ses blessures sans aucune compassion quoique légèrement gênée par la vue du sang coagulé. Effectivement, il avait besoin de compagnie, il y avait là un instinct demandeur d'amour maternel.


-Oui mais vous n'avez pas été très...sage non plus Monsieur Joker. Que vous est-t-il arrivé avec Batman ? Pourquoi l'avoir affronté ?

Il était temps de creuser le tunnel de l'arlequin le plus célèbre de Gotham City.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Only You   Lun 30 Déc - 15:01



Pourquoi l'avoir affronté ? Pourquoi en effet ! C'est le maitre mot, l'idée première, la logique même du Prince des Clowns de Gotham City. Le pourquoi est une notion tellement logique qui amène indubitablement à une réponse presque prévisible, que l'autre peut deviner aussi facilement. Pourquoi suivons-nous un comportement logique ? Tout simplement parce que l'individu est conditionné pour suivre une certaine méthode de pensée, c'est ce qui l'amène à dicerner le bien du mal. Or, quand on est fou, comme moi, cela ne s'applique pas du tout. La réponse à la question "Pourquoi" ne peut donc pas être posée et amène anormalement vers une réponse anormale. Vous saisissez le raisonnement ?
Elle n'avait pas l'air d'être une jeune femme sûre d'elle. Elle avait toutes les caractéristiques de la jeune fille qu'on plaçait dans un univers sans qu'elle soit vraiment consciente de son état. C'était plus une victime qu'une simple étudiante fraichement sortie de l'école. Oh que non. Elle était conditionnée, empêtrée dans une logique qui taisait le Moi Profond de cette gamine. Un sourire me vint, amusé, puisqu'il fallait jouer le jeu, autant le faire et suivre pour le moment la gamine.
Bloqué dans ma civière, je l'observe un moment avant de prendre un air sérieux, calme et détendu. Mais mon sourire reste, accroché, une cicatrice permanente depuis cette chute dans ce bain de produits chimiques.

- "Vous savez ce que j'aime dans cette ville, docteur ? Ce n'est pas ses infâmes ruelles dégueulasses, ni ses bars pourris, ni ses gangs ridicules. C'est la façon dont cette ville tente de survivre par elle-même. Gotham City est un organisme, Batman en est son médicament, il purge le corps de ses déchets, de ses virus. Cependant, il arrive qu'un virus mute et arrive à se hisser à sa mesure. Dans ce cas-là, l'anticorps devient obsolète, inutile. C'est ce qui arrivent aux Mafias et aux gangs classiques de la ville, ils s'écrasent, l'un et l'autre, sous l'effet de Batman. Quant à moi ..."


Mon sourire s'élargit, j'observe les traits de la jeune blondinette devant moi, un fin sourire toujours. Je fais cliqueter mes menottes, histoire de la tenir en haleine, avant de remuer une nouvelle fois. Il fallait la prendre dans le jeu, la tenir en haleine, l'intriguer et la séduire avec mon charme animal. J'épie la moindre de ses réactions, timides et pataudes, elle était nerveuse. Tant mieux.

- "Je me vois comme une drogue. J'alimente les anti-corps et les virus. Je les pousse vers un stade plus évolué, je les rend plus ... Agressifs, plus virulents, et tout ça au mépris du corps qu'est Gotham. Je suis une source dopante, anarchique, qui détruit tout sur son passage. Et le plus drôle, c'est que je n'ai qu'à faire deux trois petites choses et tout s'embrase. D'un coup, net, précis, sans véritable logique. Je ne suis pas un de ces petits minables qui se fait avoir au premier entretien psychologique mademoiselle, il en faudra beaucoup plus qu'un petit carnet pour émousser mon âme torturée par la folie."


Je reprend mon calme, je reste impassible, le sourire est toujours là, mais j'avais prévenu les risques qu'encouraient la jeune fille. C'était ça qui m'amusait en quelque sorte. Elle n'avait aucune idée dans quelle sorte de mélasse psychologique elle allait pénétrer, elle y perdrait tout ce en quoi elle croyait. Elle verrait le monde comme moi je le vois, comme moi je le sens, comment je l’effleure et pourquoi la mort ne me fait pas aussi peur qu'aux autres mortels. Je l'accueillais avec joie même.

- "Batman ... Je crois que lui et moi, c'est le début d'une superbe relation, ma chère. Il me fait beaucoup rire, et j'aime les gens qui me font rire. D'un amour, mortel."


Only Youuuuuu
Harleen Quinzel

Codage : MlleAlys.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Only You   Mar 7 Jan - 13:51


  Only YouJoker
Harleen continuait à écouter Le Joker avec une nervosité grandissante comme si une sensation incontrôlable s'emparait de son être. Elle n'ouvrit pas la bouche une seule fois laissant même les moments de silence inviolés. Croisant les jambes plus fortement encore, elle plissa le regard dans une volonté de concentration extrême. Elle en oubliait même de prendre des notes. A peine cet entretien avait commencé et déjà, Harleen sentait que la situation lui échappait. Ce n'était pas un simple fil qui était à retordre avec le Joker mais véritablement une clôture entière et barbelée de surcroit. La jeune psychiatre n'était pas prête à voir s'envoler sous ses yeux, ses espoirs, ses rêves, son talent juste pour un pauvre fou au charmant sourire cloué au visage. Elle sentait en son regard une sorte de tension entre eux, une tension pas forcément palpable mais quelque chose de secret, discret alimentée par une sorte de facétie que son patient distillait avec une légèreté fascinante. On dirait qu'il était sorti d'une audition, ravi d'être choisi comme étant le méchant de l'histoire et se mettant à mimer son rôle qui lui collait véritablement à la peau. Miss Quinzel ne se laissa pas démonter bien que son bleu regard se soit paré d'une pétillance anormale.

Elle était loin de se douter qu'elle embarquait dans une aventure dangereuse et totalement aliénée mais Harleen ne ressentait que les effluves de la passion de son métier. Quelque chose d'attirant, de véritablement fascinant et son sujet ressemblait à une montagne de sucrerie qui se tiendrait devant un enfant affamé. Elle sourit légèrement à l'évocation d'une possible relation quelque peu ambigüe avec Batman et ne peut s'empêcher de répondre pour détendre l'atmosphère :
-Je ne savais pas Batman de ce bord là.

Elle décroisa les jambes pour laisser le sang recouler à l'intérieur tant elle avait été crispée et changea leur positionnement. Elle analysa longuement les dire du Joker avec un sérieux qui ferait pâlir tous les étudiants en psychologie et toussota légèrement avant de reprendre :
-Ne pensez pas que je vous tend un piège Monsieur Joker, voyez en moi une oreille attentive dénuée de tout jugement ou de volonté de vous détruire de l'intérieur pour mieux vous écrouer.

Elle n'était pas certaine de cette phrase mais autant fallait-t-il apprivoiser son patient. Elle fit pénétrer son regard dans celui du Joker comme quelqu'un de fasciné devant une célébrité et se mit à entrer dans un petit jeu de séduction ayant vu qu'il n'était pas insensible à sa silhouette élégante. Avec une voix moins professionnelle et plus amicale, elle s'accouda doucement contre l'accoudoir de la chaise, plaçant son doigt sur sa tempe et reprit son discours :
-Vous vivez donc dans votre propre logique, narguant celle qui régit ce monde et à ce simple constat, vous avez besoin de quelqu'un pouvant mettre en valeur votre façon de concevoir les choses. Et quoi de mieux que de trouver le digne représentant de la logique adverse. Vous devenez un peu le Yin d'un Yang ou le Yang d'un Yin et ce rapport de force vous permet de vous élever par le combat en exposant vos talents et votre univers. Vous pensez donc qu'un remède ne peut exister sans un virus et vice-versa, vous avez du mal à concevoir que le bien être puisse régir seul sur le monde. Vous êtes en recherche d'un équilibre spirituel. Pourtant le commun des mortels assez intéressé par la philosophie sont prêts à reconnaître que vous n'êtes pas si fou que vous le prétendez si vous pensez ainsi, vous savez.

Un individu possédant une logique totalement étrangère à la nôtre et qui pourtant en soit n'avait rien d'impossible était quelque chose de révolutionnaire pour Harleen dont le cerveau ne cessait de répéter le mot "intéressant". La fascination la gagnait d'avantage au fur et à mesure que sa bouche déversait son analyse comme un flot de passion et d'admiration qu'elle tentait bien de cacher le plus possible.
-Dites moi Monsieur Joker, vous êtes vous déjà senti très seul ? Souffrez-vous d'un manque de reconnaissance ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Only You   Sam 11 Jan - 11:15




Des questions, rien que des questions. C'était bien le baratin des jeunes filles qui sortaient d'un milieu rempli de puceaux boutonneux, assis sur les bancs d'une fac, destinés à finir dans un emploi merdique et à vivre merdiquement le reste de leur vie, sans possibilité de s'affirmer, ce genre de questions était d'un ennui profond qu'elle me fit bailler bruyamment devant la jeune femme. Avec un sourire, je me raccroche à ses yeux avant de la fixer bien droit, toujours ligoté. Oh bien sur, elle vivait pour le moment dans ce monde de la réalité, bien propret, bien défini, bien réglementé, mais elle n'avait vu que d'un abord extérieur la folie. Cependant, elle semblait aborder un thème des plus intéressants et des plus vifs.

- "Bien sur que je suis seul. J'erre les nuits, dans les rues, seul, sans personne pour m'aider. Vous avez vu ma gueule docteur ? Les bonnes âmes de Gotham City ne voudraient pas faire entrer un homme comme moi. Je suis rejeté des lieux publics, je suis vilipendé ! Et tout ça, à cause d'un seul homme : Batman."


J'observe doucement la jeune femme. Il fallait rester sombre, manipulateur dans l'âme. C'était moi qui tirait les ficelles. Et maintenant, il fallait enfoncer le clou, il fallait la toucher le plus sensiblement. S'en faire une alliée. Elle voulait devenir une oreille attentive ? Soit, qu'elle le devienne, mais le voyage était un aller simple pour Arkham. Oh bien entendu, elle mettrait son temps à devenir frappadingue, quoiqu'avec les blondes ... En plus de la stupidité, elles étaient naïves et idiotes. Ce serait sans doute moins long que prévu. Oui, c'était une remarque sexiste et masochiste, je vous l'accorde. Mais la culture populaire veut que les blondes soient des idiotes.

- "J'aimerais ..."


Je prend une voix plus douce, mon sourire s'efface, et voila Pierrot le Clown qui s'amène. Un Clown triste, brisé, seul. Tout ça n'était que machination bien entendu, mais c'était le meilleur moyen d'arriver à sortir de ce taudis d'asile pourri.

- "J'aimerais quelqu'un avec qui parler, qui puisse me comprendre. Quelqu'un avec qui je pourrais partager mes secrets, mes envies, mes désirs. Qui puisse voir plus loin que le clown que je suis. Mais je suis seul, et je le resterais à jamais, docteur."


Quelle assurance, on dirait un vrai acteur. Je devrais mériter un Oscar pour le rôle du type désespéré et malheureux. Peut-être que le cinéma pourra faire un film sur ma vie bien plus tard ? Qui sait. Si le cinéma ne vient pas au Joker, le Joker ira au cinéma, et il en ressortira avec des bras, des jambes et des têtes, haha. Mes yeux sont presque au bord des larmes quand je regarde une nouvelle fois le docteur.

- "J'aimerais avoir quelqu'un, quelqu'un qui puisse m'accompagner."




Only Youuuuuu
Harleen Quinzel

Codage : MlleAlys.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Only You   

Revenir en haut Aller en bas
 
Only You
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: